Vous avez bien lu : la chanson yéyé ! Une masterclass de chanson yéyé, il fallait de l’audace et surtout un vrai projet culturel qui ne fait pas de la chanson française un objet de musée inerte et à regarder sagement à travers la vitrine du Musée ou de la petite lucarne. Le yéyé pour vaincre le temps a besoin d’être adapté à l’air du temps tout comme la chanson d’ailleurs,  qu’elle soit rive gauche, mélodie de salon, chanson de marin, chanson de variétés ou chanson des rue. Tel est le projet du Hall de la chanson animé par Serge Hureau avec la complicité d’Olivier Hussenet et de quelques fous chantant et jouant : Juliette, Nina Savary, Cyril Lehne, Claude Barthelemy, Bernard Lonjon…

les chansons de poilus, un détournement salvateur du répertoire dans l'horreur des tranchées

Il faut aller chercher le Pavillon du Charolais baptisé Hall de la Chanson sur le site de la Villette, et s’installer dans ce petit théâtre de 140 places pour assister à une séance de transgression : les élèves du CNSM tout proche viennent goûter aux délices de Johnny et de Polnareff avec la technique vocale de Régine Crespin et de José van Dam.

Hall de la chanson samedi 23 novembre 16h00. Masterclass yéyé avec Olivier Hussenet, Serge Hureau et Cyril Lehn (cliquer)

okarinamusique y sera !

 Allons,  tout le monde sait que « yéyé » est la transcription française du yeah américain, déformation de « yes », qui ponctue les chansons le rock et de twist outre-atlantique. Françisé, cela donne « yéyé », d’où une mode musicale des années 60 : les YéyésPetit rappel pour ce qui n’étaient pas encore nés : le 22 juin 1963, entre 150 000 et 200 000 jeunes se retrouvent Place de la Nation à Paris, pour fêter le premier anniversaire de Salut les copainsÀ l’exception de Johnny Hallyday, aucune idole ne va pouvoir atteindre le podium: il y a trop de monde et la sécurité n’est pas garantie. Quelques jours plus tard, dans une chronique du Monde, Edgar Morin baptise ces jeunes les Yéyés. Avec les toutes les nuances qu’il convient, les yéyés ce sont : François Hardy, Johnny Halliday, Frank Alamo, Michel Polnareff, Monty, Nino Ferrer, Joe Dassin, Salvatore Adamo, Christophe, Claude François, Chantal Goya, et même Dalida. Et beaucoup d’autres…  (d’après Wikipédia).