Par Olivier Bernager. Située à Tours, à une encablure de la maison de Francis Poulenc de Noisay, l’Académie qui porte le nom du compositeur est née de la volonté du baryton français François Le Roux et de quelques amis le regretté Noël Lee, disparu en juillet dernier, les pianistes Christian Ivaldi et Jeff Cohen, présents cette année.

François Le Roux en pleine action lors d'un atelier

Elle est portée par le Centre de la Mélodie Française CIMF, une association qui défend la mélodie et propose un centre de ressources comprenant une bibliothèque de partitions, répertoriant une base de donnée mise à jour régulièrement de plus de 18 000 mélodies, romances et chansons françaises. Elle comprend aussi des archives consultables sur place à Tours (Hôtel de Ville, 1-3 rue des Minimes), des livres et des écrits de référence sur les compositeurs, des enregistrements sonores, de l’iconographie. Un lieu incontournable et visité par les chercheurs et les étudiants du monde entier.

L’Académie a lieu au Conservatoire Francis Poulenc. Elle rassemble une trentaine d’étudiants venus de France, du Canada, d’Iran, d’Espagne et beaucoup du Japon pour dix jours de travail intensif avec une dizaine de professeurs. François Le Roux, chanteur charismatique, cultivé et raffiné emmène tout ce monde enthousiaste dans les raffinements de l’art vocal savant de la mélodie. Étrangement cette année, les femmes étaient largement en majorité : seul un baryton (canadien) était présent ! Technique vocale, style, maintien, approfondissement personnel, langue française sont au menu quotidien portés par une pédagogie originale : travail personnel en atelier l’après midi et séance plénière collective le matin où tous les professeurs rassemblés donnent, publiquement, chacun leur éclairage.

VOIR DES EXTRAITS DU RECITAL DONNÉ PAR FELICITY LOTT ET GRAHAM JOHNSON LE 26 AOUT AU GRAND THÉATRE DE TOURS ET SON INTERVIEW SUR OKARINA+VIDEO (cliquer)

Felicity Lott pendant son récital du 26 Août au Grand Théâtre de Tours, accompagnée par son fidèle Graham Johnson

Le niveau est naturellement très élevé, beaucoup des stagiaires donnent déjà des concerts ou préparent des concours. Ils viennent ici pour se perfectionner. La grande originalité de cette masterclass est dans son projet pédagogique : comme l’interprétation de la mélodie française requière plusieurs talents conjugués : connaissance de la poésie, diction et prononciation française (ou anglaise dans le cas de Britten), connaissance du contexte culturel, technique vocale et théâtre, les professeurs donnent un cours collectif chaque matin. Il est assez court, de l’ordre d’une demi-heure par chanteur, mais très dense. François Le Roux taquine ses étudiants en nommant les matinées ses « masterclass-mitraillette », mais on n’y tire pas à vue (comme parfois dans les masterclasses publiques), au contraire. Dans une ambiance bon enfant, où les stagiaires ne sont jamais mis sous pression, chaque professeur selon sa spécialité donne son point de vue sur ce qu’il vient d’entendre, appréciation qui la plupart du temps va beaucoup plus loin qu’un banal cours de chant. On évoque le souffle avec Laurence Schifrine et Denise Firmin Devine qui pratiquent une méthode de relaxation, la « Méthode Alexander » ; on travaille sur le sens du texte avec Claudine Bensaïd, professeur de lettres classiques ; la diction avec la phonéticienne Anne-Marie Lardeau ; le travail scénique avec le metteur-en-scène Jean-Claude Penchenat ; on recueille les conseils de technique vocale de Michèle Ledroit ; Jeff Cohen et Christian Ivaldi prodiguent leurs secrets d’accompagnement au piano et leur immense connaissance du répertoire. Enfin, François Le Roux concentre beaucoup des qualités de ses collègues, charismatique, entraînant, toujours souriant, il donne ses conseils d’interprète et partage sa grande érudition dans des mots simples. En guess-star était invité cette année pour un récital et une master-class le grand Graham Johnson qui a donné un cours passionnant, distillant à la fois des souvenirs personnels, une érudition nourrie par l’expérience et une écoute bienveillante des chanteurs.

Voir des extraits du récital (cliquer).

Le canadien Simon Chalifoux travaille Poulenc sous l'écoute attentive de François Le Roux, Anne-Marie Lardeau (en rose) et Claudine Bensaïd (à droite).

Okarinamusique.com était présent à ce stage important. De nombreux posts seront publiés dans les semaines à venir, constituant le web-journal de l’événement : reportages dans les ateliers, interviews avec les participants, les professeurs, captations.

L’Académie, en cette année anniversaire du Cinquantenaire de la disparition de Francis Poulenc était naturellement consacrée aux mélodies du compositeur mises en perspective avec l’autre grand de la mélodie au XXème siècle, le britannique Benjamin Britten. Une confrontation instructive car l’un et l’autre avaient l’amour de la poésie et la science de sa traduction en musique.

L’Académie Francis Poulenc a toujours lieu pendant la seconde quinzaine d’Août. Cette année, en 2013, elle avait lieu du 20 au 30 Août.

En savoir plus :

Le site de l’Académie Francis Poulenc (cliquer)

Le site des amis de Francis Poulenc (cliquer)